La vente alimentaire en ligne et le drive, grands gagnants du confinement

Entre gestes barrières et règles de distanciation sociale, le confinement a bouleversé la manière de consommer. Naturellement, la limitation des déplacements a favorisé les circuits courts, le drive et boosté les ventes en ligne. La dernière étude consacrée au retail en France et publiée par Nielsen le 22 avril révèle que les ventes en ligne ont doublé sur la semaine du 6 au 12 avril, faisant gagner plus de 3 points de parts de marché à ce circuit depuis le début du confinement.

Si les produits de grande consommation vendus en ligne représentaient moins de 6% en 2019, une tendance à la hausse s’observe depuis le début de l’année, d’autant plus pendant le confinement, avec un taux avoisinant les 10%. Avec ces performances, la France confirme sa place de n°1 de l’alimentaire en ligne en Europe, souligne l’étude de Nielsen. Il faut dire que le drive est désormais bien ancré dans les habitudes de consommation, et ce, avant le confinement. Pratique, rapide et répandu dans de nombreux points de vente, ce moyen de faire ses courses a conquis les consommateurs

Selon Daniel Ducrocq, directeur du service distribution chez Nielsen, « avant le début du confinement, près de 750 drives accolés à des supermarchés ne dépassaient pas la dizaine de commandes par semaine : ils ont en moyenne triplé leur chiffre d’affaires, certains dépassant même les 30 000 euros hebdomadaires ». Dans ce paysage où le drive réalise plus de 80% de la croissance du e-commerce alimentaire, la livraison à domicile connaît aussi son moment de gloire. L’étude Nielsen rapporte que les ventes de livraison à domicile ont doublé sur les semaines du 6 et du 13 avril.

Cette deuxième infographie met en exergue la forte croissance des ventes par le drive sur une grande part des catégories, avec les surgelés et l’épicerie en pôle position.

L’étude de Nielsen précise que le drive représente 22% de l’alimentation infantile sur la période de confinement. Par ailleurs, si les ventes d’alcool sont en chute libre en magasin, elles réalisent des performances à la hausse en drive. 

Marc Lolivier, délégué général de la Fevad, a analysé la situation : « Certains consommateurs qui n’utilisaient pas Internet pour leurs achats du quotidien auront pris de nouvelles habitudes pendant le confinement, et seront durablement convertis pour une partie de leurs achats. Ce sont notamment la livraison de produits bio, de produits frais issus de circuits courts qui vont bénéficier de la crise actuelle pour capter de nouveaux adeptes ».
Les résultats suggèrent que nous sommes uniquement au début d’un changement de comportement et que nous pouvons nous attendre à une croissance du commerce en ligne. Toutefois, cette explosion d’achat en ligne ne compensera pas pour autant la baisse des ventes physiques pour les enseignes et marques. 

ARTICLES RECENTS

Agence web : Que pouvons-nous vous apporter ?

Agence web : Que pouvons-nous vous apporter ?

Vous souhaitez développer votre visibilité sur internet et attirer de nouveaux clients, mais vous hésitez à faire appel à un prestataire externe ? Voici un tour d’horizon des bénéfices que notre agence web peut vous apporter.   1. Une planification de votre...

Comment fonctionne le référencement local ?

Comment fonctionne le référencement local ?

Aujourd’hui, 25 % des recherches effectuées sur Google ont un caractère local et 85 % des internautes ont recherché des entreprises ou une activité se trouvant à proximité sur les moteurs de recherche. Votre activité consiste à interagir avec des clients proches de...

Comment bien choisir son nom de domaine ?

Comment bien choisir son nom de domaine ?

Le choix de votre nom de domaine est un aspect primordial lors de la construction de votre site web. Il peut tant vous être bénéfique que vous desservir, c’est pourquoi il faut le choisir avec soin. Voyons ensemble les étapes pour choisir un nom de domaine et les...